AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 24 le Mer 1 Juin - 19:50
Partenaires
Mesamisetmoi


skyweb forum de Daddy
Galette noire Vinyle
Votez pour le forum
parole 039 images
Parole d'images
Paint shop pro avec Jolys parole 039 images
parole d'images
Twitter
Derniers sujets
» Des verbes oubliés
Mer 26 Juil - 13:43 par kristie

» Fred Vargas
Ven 12 Mai - 0:00 par kristie

» Jeu Cinéma
Mar 2 Mai - 11:24 par kristie

» Le jeu des répliques cultes
Dim 30 Avr - 21:43 par kristie

» Le jeu de la traduction pourrie d'une chanson
Dim 30 Avr - 21:41 par kristie

» Le jeu de la chanson française
Dim 30 Avr - 21:38 par kristie

» Mise au point concernant le jeu
Jeu 16 Mar - 21:48 par kristie

» Partie 10: La garde royale
Dim 12 Mar - 20:05 par Pascal

» Partie 9-Il Faut Sauver Le Petit Brian
Dim 5 Mar - 0:01 par Pascal

Meilleurs posteurs
kristie
 
Vinyle
 
jaja
 
Kate Tomato Queen
 
agathe
 
Dolce
 
Pascal
 
jean-mi
 
Luciole
 
Lili
 
statistics


fréquentation mensuel du site:

2293 visites

27280 pages vues

11.90 pages par visite

temps moyen de passage: 12.24min

Partagez | 
 

 Alain Souchon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kristie
administrateur
administrateur
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 27/08/2010
Age : 47
Localisation : nord

MessageSujet: Alain Souchon   Lun 4 Avr - 20:12

Ci-après la discographie d'Alain Souchon

http://www.alainsouchon.net/



Dernière édition par kristie le Lun 4 Avr - 20:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://kristieblog.centerblog.net/
Pascal

avatar

Messages : 1380
Date d'inscription : 13/02/2013
Age : 54
Localisation : Urba City, Suisse wallonne

MessageSujet: Re: Alain Souchon   Lun 4 Avr - 20:26

J'AI DIX ANS
(1974)



Petite annonce (Alain Souchon)
Les paquebots (Alain Souchon)
La fille du brouillard (Alain Souchon)
Partir (Alain Souchon)
C'était un soir (Alain Souchon)

J'ai dix ans (A.Souchon-L.Voulzy)
Le château (A.Souchon-L.Voulzy-Valois)
L'amour 1830 (Alain Souchon)
Les oiseaux (Alain Souchon)
Londres sur Tamise (Alain Souchon)
T'aurais dû venir (Alain Souchon)



Alain Souchon à déjà 30 ans lorsque ce premier album sort, cela fait déjà quelques années qu'il enregistre des 45 tours qui n'obtiennent aucun succès et qui n'ont d'ailleurs jamais été réédité.

Le plus vieux titre connu d'Alain Souchon est "L'amour 1830" qui obtient un petit succès en 1973 et avec lequel il remporte le concours de la rose d'or d'Antibes.
Souchon donne à l'époque dans la chanson de variété typique des années 70 avec moult violons et choeurs.
C'est d'ailleurs le ton de l'album, ce qui en fait probablement l'un des moins bons de toute sa discographie.
Alain Souchon lui même n'a que peu d'affection pour ses deux premiers albums.

C'est pendant l'enregistrement de ce disque qu'on lui présente Laurent Voulzy qui lui aussi végète depuis quelques années, sortant des 45 tours sans le moindre succès.

L'entente entre les deux jeunes artistes est immédiate et donne naissance à l'une des plus belle et fructueuse association de la chanson française.

Laurent Voulzy ne produit qu'une moitié de l'album et ne compose que deux mélodies pour Alain mais on sent déjà la différence.
"J'ai dix ans" deviendra d'ailleurs un tube énorme à l'époque, avec son accompagnement simple mais efficace à la guitare acoustique, sans choeurs et sans orchestre qui alourdissent les autres titres de cet album.

HIGHLIGHTS :

"Partir"

L'univers d'Alain Souchon est déjà là : un rejet de la société moderne et l'évasion à travers le rêve.

(Le monde est tellement monotone
on y rencontre plus personne
les gens sont cachés derrière des murs bétons, derrière des murs prisons.

Partir, partir en dirigeable
partir n'importe où mais partir
partir et ne plus revenir.)


"C'était un soir"

Une très belle mélodie et un emprunt aux Rolling Stones (Lady Jane).
On sent l'influence de Voulzy sur ce titre.

(C'était un soir, comme tous les soirs
sur le journal y avait des mots
y avaient les Stones à la radio qui pleuraient.

Mais c'est un soir comme tous les soirs
au bout de mon lit passent des autos
au bout de ma vie coulent des bateaux, mes bateaux.)


"J'ai dix ans"

Une chanson qui m'avait beaucoup marqué (j'avais 12 ans à l'époque donc....) et première étincelle de génie entre Souchon et Voulzy.

D'aussi loin que je me souvienne, c'est la première chanson parlant d'un adulte voulant garder une âme d'enfant, thème extrêmement moderne à l'époque.

(J'ai dix ans
je sais que c'est pas vrai mais j'ai dix ans
laisser-moi rêver que j'ai dix ans
ça fait bientôt quinze ans que j'ai dix ans
ça parait bizarre mais si tu me crois pas hé!
t'ar ta gueule à la récré)


"Londres sur Tamise"

Très belle mélodie, et je partage complètement son amour pour Londres et pour Mccartney .


(Près de Londres sur Tamise
la grande rivière trop grise
la maison aux volets verts
dis moi, dis, t'en souviens-tu?

Nos baldaquins de fortune
accrochés au clair de lune
les chansons de Mccartney
dis moi, dis, t'en souviens-tu?)


Pour résumer, l'un des moins bons albums d'Alain Souchon, à l'exception de "J'ai dix ans" déjà plus moderne et "C'était un soir".


Dernière édition par Pascal le Mar 5 Avr - 10:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://rockclassics.centerblog.net
kristie
administrateur
administrateur
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 27/08/2010
Age : 47
Localisation : nord

MessageSujet: Re: Alain Souchon   Lun 4 Avr - 20:30

Je viens de réécouter cet album. En effet, d'accord avec toi, les orchestrations sont un peu vieillotes.
Pour les textes, des thèmes déjà présents que l'on retrouve tout au long de sa carrière, les bateaux, la fuite du monde urbain avec un dirigeable pour cette première fois, une fée qui l'entraine dans une rivière (Viviane?), l'enfance...
Je ne vais pas revenir sur les chansons que tu as déjà traitées ( je suis d'accord avec ton analyse...), je vais juste parler de quelques autres...

Pour La fille du brouillard
Étrangement sortie de l'eau,
Une fille dans les roseaux
Très doucement m'a pris la main
Pour faire l'amour dans le matin

Étrangement vêtue d'un voile,
Elle m'a mené dans les étoiles
On est resté une heure, un an
Un mois, un siècle ou deux mille ans

Voici les quelques paroles qui m'ont fait penser à Viviane quand on sait l'influence qu'a la Bretagne chez Souchon et Voulzy, je pense que c'est pertinent. Par contre, la mélodie est vraiment médiocre.

L'amour 1830
Dans le parc, au point du jour,
Elle voulait qu'on se promène.
Je devais lui faire la cour
Mais pas l'amour. (2x)

Elle commençait un poème
Et s'enfuyait en pleurant,
De loin, me criait : "Je t'aime."
Dans le vent, oui, dans le vent.


Chanson dont le texte est assez délicat et j'avoue que j'ai repensé à tous ces textes littéraires du 19 ème, j'imagine cette jeune femme en crinoline, passionné et prude. L'évocation est assez réussie et je comprends qu'elle ait eu un prix mais un petit bémol sur l'utilisation de la harpe et de l'orchestration un peu grandiloquente derrière...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://kristieblog.centerblog.net/
Pascal

avatar

Messages : 1380
Date d'inscription : 13/02/2013
Age : 54
Localisation : Urba City, Suisse wallonne

MessageSujet: Re: Alain Souchon   Lun 4 Avr - 20:43

Bidon
(1976)



Le monde change de peau (A.Souchon-M.Jonasz)
Le gros pétard (A.Souchon)
Calin-caline (A.Souchon-L.Voulzy)
Qui dit qui rit(A.Souchon-L.Voulzy)
S'asseoir par terre (Alain Souchon)

Bidon(A.Souchon-L.Voulzy)
Tout doux (A.Souchon-M.Jonasz)
Le galant niais (anonyme du 15e siècle-A.Souchon)
J'appelle(A.Souchon-L.Voulzy)
Petit pois (Alain Souchon)
Petit pois-reprise (Alain Souchon)


Entre 1974 et 1976, une nouvelle scène d'auteurs-compositeurs-interprètes naît en France : Michel Jonasz, Renaud, Francis Cabrel, Daniel Balavoine, JJ Goldman au sein du groupe Taï Phong, Gotainer, Lavilliers, ce qu'on appellera bientôt la nouvelle chanson française, tranchant avec la scène yé-yé vieillissante des 60's.

Un nouveau langage moderne, n'ayant pas peur d'aborder des sujets encore tabou ou de mettre en valeur ses peurs et ses faiblesses, chose impensable pour les chanteurs de variété à paillette de l'époque.
Une scène influencée par la pop anglaise et Serge Gainsbourg (grosse influence sur la façon de manier les textes) mais qui ne renie pas ses glorieux aînés, de Barbara à Brassens.

Jacques Higelin fait du punk-rock deux ans avant les anglais, France Gall trouve une deuxième vie en devenant la muse de Michel Berger, Véronique Sanson enregistre ses disques avec les musiciens de Stephen Stills à Los Angeles.

Alain Souchon est lui à la pointe de cette scène avec des textes poétiques originaux et très personnels, aidé musicalement par un mélodiste de génie nommé Laurent Voulzy.

Une autre belle rencontre musicale et humaine, c'est la rencontre avec Michel Jonasz qui comme Alain n'a pas peur de chanter le mal être, le blues et la nostalgie de l'enfance (le très beau "Les vacances au bord de la mer").
Cette rencontre donne naissance à deux magnifiques chansons sur cet album.

Un album qui montre une nette amélioration par rapport au premier mais qui reste très inégal.
Laurent Voulzy n'est pas encore complètement impliqué sur ce disque, produisant cinq titres seulement et ne composant que 4 musiques.

De très bons titres (voir plus bas) mais d'autres largement dispensables (le gros pétard et le galant niais surtout).


"Le Monde Change De Peau"

Un titre signé Souchon-Jonasz qui parle de leur préoccupations écologiques, et qui comme tout titre de ce genre, ne vieillit pas au contraire.

(Le monde change de peau, sera-t-il laid ou bien beau?
Couvert de couleur peinture ou de vert nature?

Dans les journaux et sur les ondes
on sent qu'un monde vient au monde
Mais qu'il soit trop tard ou trop tôt
le monde change de peau.)


"Qui Dit Qui Rit"

Un petit bijou du duo magique dans lequel on retrouve le rejet de la vie moderne et citadine et la nécessité de s'évader.

(Trainer son blues sur le boulevard
dans des cafés, néons blafards,
et voir sa gueule dans une boule de flipper,
qui dit qui rit pis qui pleure.

Fumer ses nuits en lunettes noires,
près d'un juke-box de hasard
et voir sa vie dans un rétroviseur
qui dit qui rit pis qui pleure.)

"S'asseoir Par Terre"

Même remarque que pour la chanson précédente, à l'exception qu'Alain a composé lui même la musique.

(La nuit je dors debout dans un RER
dans mon téléphone tu sais j'entends la mer
Y a pas l'soleil dans ma télé blanche et noire
alors pourquoi pas s'asseoir.

Tu verra bien qu'un beau matin fatigué
J'irais m'asseoir sur le trottoir d'à côté.
Tu verra bien qu'il n'y aura pas que moi
Assis par terre comme ça.)


"Bidon"

Un titre qui m'a marqué à l'époque....Un chanteur connu qui passe à la télé et qui prétend être "bidon"? comment ne pas aimer ce chanteur qui ose montrer ses faiblesses ?
Souchon prend à contre-pied la majorité des stars superficielles de l'époque en costume paillettes et moule burnes.

Je suis fan d'Alain Souchon depuis que j'ai entendu ce titre qui "rock" plutôt bien d'ailleurs.

Laurent Voulzy utilise pour la première fois sa Rickenbaker 12 cordes, popularisée par les Byrds en 1965 sur "Mr. Tambourine Man", la fameuse "Miss Baker" de la chanson "Ricken" que l'on va entendre pas mal sur les prochains albums jusqu'à ce qu'il se la fasse voler.

Alain cite encore une fois les Rolling Stones .

(Elle croyait qu'j'étais chanteur
incognito voyageur,
tournée, sonos, filles en pleurs, admiration.

Faut dire qu'j'avais des talons aiguilles,
le manteau d'lapin d'une fille,
des micro-bracelets au chevilles, exhibition.

Elle me dit "chante moi une chanson"!
J'ai avalé deux-trois maxitons,
puis j'ai bousillé "satisfaction", consternation!

J'suis mal dans ma peau en chanteur très beau,
and I just go with my pince à vélo, j'suis bidon.
J'suis qu'un mec à frime, bourré d'aspirine,
and I just go with my pince à vélo, j'suis bidon.)


"Tout Doux"

Très belle chanson, superbe mélodie à pleurer de Jonasz et texte du même métal.

(C'est un grand bateau à vapeur,
qui t'emporte vers les tiédeurs que je n'ai pas.

J't'entends courir vers l'équateur,
ta voix passe dans mes hauts-parleurs,
je pense à toi, voilà.)


Dernière édition par Pascal le Mar 5 Avr - 10:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://rockclassics.centerblog.net
kristie
administrateur
administrateur
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 27/08/2010
Age : 47
Localisation : nord

MessageSujet: Re: Alain Souchon   Lun 4 Avr - 21:46

Petite contribution sur L'album Bidon.
Rien à ajouter sur ce que tu as dit, je suis tout à fait d'accord.
Le galant niais est vraiment un accident de parcours, c'est affreux!
Par contre, le gros pétard me parle je ne sais pas pourquoi.

"Elle mange des boules de gomme depuis le matin jusqu'au soir,
Si bien, qu'à force, elle a attrapé un gros pétard
Mais quand on se retrouve sous l'édredon, dans le tergal,
Minuit quatre heures dans les étoiles."

"Où vont ces deux petites gouttes bleues
Qui coulent doucement de tes yeux ?
Vers des miroirs faux trafiqués,
Des mannequins, des filles de papier ?
Tu cherches une ligne longiligne,
Une forme sans forme et ça te mine
Et moi je vais jeter tous ces journaux
Féminins où tout est trop beau."

IL parle d'un sujet qui est toujours d'actualité, de l'influence des magazines féminins sur le poids des filles
J'aime beaucoup la métaphore des miroirs faux trafiqués qui rappellent étrangement les photos retouchées actuelles... Pour l'époque, c'était drôlement en avance. Même la musique est guillerette...


Quelques phrases aussi auxquelles je suis sensible dans Petit pois:

"Tu te souviendras, petit pois, le lézard sur les ardoises,
Le chemin pour l'école, les mûres et les framboises.
La ville nous prendra, comme les autres pareil.
Sur le goudron du temps, dessine-moi le soleil."

Encore des évocations nostalgiques sur l'enfance avec un regret de ce temps là, sujet récurrent chez Souchon

Pour Tout doux, (je suis fan de Jonasz) j'aimerai ajouter les sonorités particulières de certains mots comme:
"Voilà je vais rester seul et sans délice,
Un bouquin par ci, du réglisse,
Des chansons vinaigres et grimaces.
Voilà... qui sonne en automne,"

Petite analyse lexicale: l'automne est à la fois nostalgique (bouquin et réglisse, plaisir de la lecture et plaisir des sucreries) et piquant (vinaigre et grimace) et dénote l'état d'esprit de l'auteur qui vient d'être quitté. On sent une certaine neurasthénie

" Comme un voyeur au cinéma,
Je regarde ta bouche, tes seins, tes bras
Et puis je me dis qu'j'ai plus d'amour"

La souffrance chez souchon et Jonasz est douloureuse, profonde et déprimante mais elle reste simple à évoquer, l'être aimé n'est plus là et on la retient par des petits bouts du quotidien, une photo ici...
J'espère que mon analyse est claire...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://kristieblog.centerblog.net/
Pascal

avatar

Messages : 1380
Date d'inscription : 13/02/2013
Age : 54
Localisation : Urba City, Suisse wallonne

MessageSujet: Re: Alain Souchon   Lun 4 Avr - 21:58

JAMAIS CONTENT
(1977)




Jamais content (A.Souchon-L.Voulzy)
J'ai perdu tout ce que j'aimais (A.Souchon-L.Voulzy)
Poulailler's song (A.Souchon-L.Voulzy)
La p'tite Bill elle est malade (Alain Souchon)
Y a d'la rumba dans l'air (A.Souchon-L.Voulzy)

Allo maman bobo (A.Souchon-L.Voulzy)
L'autorail (A.Souchon-L.Voulzy)
18 ans que j't'ai à l'oeil (A.Souchon-L.Voulzy)
Loulou doux (A.Souchon-L.Voulzy)
Le p'tit chanteur (Alain Souchon)


Premier chef d'oeuvre avec cette fois-ci Laurent Voulzy à la console et aucun titre à jeter.

Une suite non stop de classiques, difficile de ne pas aimer la faiblesse affichée et la sensibilité d'Alain Souchon.

Voulzy triomphe une première fois à la même époque avec son "rockollection" et il a droit à sa photo sur le verso de l'album.

"Jamais Content"

Un titre d'une modernité incroyable, chant monocorde et enfantin appuyé sur les notes de la Rickenbaker de Voulzy derrière.

(Elle me dit que je pleure tout le temps
que je suis comme un tout petit enfant
qu'aime plus ses jeux sa vie sa maman
elle dit que je pleure tout le temps que je suis
carrément méchant, jamais content

J'ai chopé la mélancolie en faisant des chansons sur mon lit,
une commande pour chanteur pas bien,
fallait qu'j'dise France-Americain.
ça m'a carrément miné, tout dégoûté.)



"J'ai perdu tout ce que j'aimais"

Une chanson pour nous faire pleurer, gros chagrin d'amour.

(Sous mon pull-over pas tranquille
ça fait boum boum c'est pas docile,
elle est partie faire du voilier
avec ce grand crétin frisé.)


"Poulailler's Song"

Superbe chanson contre le racisme.
Ecoutez bien la partie de basse pour comprendre le génie musical de Voulzy.

(Que font ces jeunes assis par terre,
habillés comme des traînes-misère.
On dirait qu'ils n'aiment pas le travail
ça nous prépare une belle pagaille.

Mais comprenez-moi, c'est inquiétant nous vivons des temps décadants.
Mais comprenez-moi, le respect se perd dans les usines de mon grand-père)


"La p'tite Bill elle est malade"

Très belle chanson sur la solitude.

(Bill ma Bill t'es comme tout le monde
quand ça coule de tes yeux ça tombe,
mais c'est pas des confettis, cette pluie.

C'est une vieille maladie poisseuse,
un sacré manque d'amour qui creuse.
Dans nos villes dans nos campagnes ça gagne)

"Y a d'la rumba dans l'air"

Je ne suis pas super fan de ce morceau, mais j'aime bien les pastiches de musique à l'ancienne comme les anglais d'ailleurs aiment bien en faire (When I'm sixty-four des Beatles).

"Allo maman bobo"

J'ai adoré ce titre à l'époque, j'ai encore les frissons quand je l'écoute aujourd'hui.

(Traîne fumée, j'me retrouve avec mal au coeur
j'ai vomi tout mon quatre heure,
fêtes, nuits folles avec les gens qu'ont du bol,
maintenant qu'j'fais du music hall.
J'suis mal à la scène et mal en ville
peut-être un petit peu trop fragile....

Allo maman bobo....
Maman comment tu m'as fait, j'suis pas beau
Allo maman bobo...

Moi j'voulais les sorties de port à la voile
la nuit barrer les étoiles,
moi les chevaux, l'revolver et l'chapeau clown,
la belle Peggy du saloon.
J'suis mal en homme dur et mal en p'tit coeur,
peut-être un p'tit peu trop rêveur.)


"18 ans que j't'ai à l'oeil"

Superbe chanson très émouvante sur son père, Pierre Souchon, décédé en 1959 .
Il cite également son premier fils qui porte d'ailleurs son nom.

(18 ans que j't'ai à l'oeil,
t'es à Bagneux dans les feuilles
je vais jamais te voir j'aime pas ça
mais je te joue de l'harmonica,
t'es dans ma peau, mes p'tits airs,
un fil débranché, plus d'air,
dans des camion à gas-oil,
qui tapent dur sous les étoiles.

Tu m'a manqué bien des fois
mais aujourd'hui y a chez moi
une petite boule blonde qui s'appelle comme toi.)


"Le p'tit chanteur"

Chanson ironique et auto critique sur les mésaventures des pauvres chanteurs malheureux.
Grosse influence des Kinks sur ce titre.

(T'es pas vraiment chanteur
t'es pas vedette en couleur
pauv' ton coeur
y a pas ton électro-cardio dans les journaux.
Ton chagrin sur le dos, t'es un escargot)



Il manque "L'autorail" et le rock "Loulou doux" qui ne sont pas moins bons pour autant.


Dernière édition par Pascal le Mar 5 Avr - 10:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://rockclassics.centerblog.net
kristie
administrateur
administrateur
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 27/08/2010
Age : 47
Localisation : nord

MessageSujet: Re: Alain Souchon   Lun 4 Avr - 22:06

Voici ma contribution sur l'album Jamais content

Jamais content

J'ai regroupé les thèmes abordés par chaque couplet,
tout d'abord critique sur la bourgeoisie

"Voulaient que j'aille faire le charmant
Chez des amis de mon grand-père
Des pharmaciens des notaires
Qui me trouvaient carrément vulgaire très ordinaire "

Ensuite sur l'armée

"Ils voulaient que je tombe des avions
Accroché à un champignon "

Contre la mode
"J'me teignais les cheveux les sourcils
Pour être plus brun pour faire viril "

sur les compromis que l'on peut faire dans sa vie
"Une commande pour chanteur pas bien
Fallait que j'dise France Américain "

enfin sur la société capitaliste
"Que je fasse dessous de table homme de paille
Construire des tours de carton bleu"
Enfin tout ça pour dire qu'il en ait revenu de tout ça puisqu'il n'est "jamais content".
Peut-être un rejet de toute cette société qui sonne encore assez juste.


J'ai perdu tout ce que j'aimais
On retrouve des thèmes chers à Souchon, comme l'abandon (c'est fou le nombre de fois qu'il est largué...) mêlé à celui de la mer.
Sa tristesse est "mélancolique" alors qu'il parle de suicide: le dépit amoureux chez Souchon est toujours assez léger par sa musique et par le vocabulaire employé alors qu'il parle de choses dramatiques comme le suicide en l'occurence ici.

"C'est une mélancolie banale
Vodka orange et Gardénal "

"Laisse les camélias le revolver "

De plus la nature chez lui semble toujours consolatrice

"C'est pas un décor bord de mer "


Poulailler's song

Ma préférée!!
La métaphore de la volaille pour parler de la bourgeoisie triomphante de l'époque était très bien trouvée mais ce n'est pas qu'une charge contre le racisme, on repère aussi une référence aux ouvriers des congés payés:

"Tous ces campeurs sous mes persiennes
Mais comprenez-moi c'est dur à voir
Quels sont ces gens sur mon plongeoir "

Contre la jeunesse bohême de l'époque qui révait d'autre chose:

"Que font ces jeunes assis par terre
Habillés comme des traîne-misère
On dirait qu'ils n'aiment pas le travail
Ça nous prépare une belle pagaille "

Parfois on a même l'impression d'entendre Valéry Giscard d'Estaing dans les derniers commentaires...

La p'tite Bill

Thème de la solitude en effet comme tu as déjà dit mais pas seulement, on retrouve aussi l'amour romantique que Bill attend comme Emma Bovary en fait...

Y a d'la rumba dans l'air

J'ajoute juste que c'était le générique de l'hôtel de la plage, gros succès populaire français de l'époque.

Allö maman bobo

Je citerai l'intéressé:
" C'était une histoire vraie, j'avais appelé ma mère après être tombé à skis - c'était quand même curieux d'appeler sa mère à 30 ans, pour une chute à skis... "
Il regrette juste que cette chanson lui ait donné une image d'homme fragile, bien dans cette époque, image qui lui a collé longtemps.

L'autorail

Une bluette pour moi sur les charmes (!) des voyages en train qui me laisse un peu froide (je suis fâchée depuis longtemps avec la SNCF, à cause d'un contrôleur.. enfin bref!)

Bon, c'est tout sur cet album...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://kristieblog.centerblog.net/
Luciole
junior
avatar

Messages : 1030
Date d'inscription : 15/11/2011
Age : 18
Localisation : Fenain

MessageSujet: Re: Alain Souchon   Lun 4 Avr - 22:24

La flemme de tout lire, mais m'en fous, j'aime bien Souchon aussi :p
Revenir en haut Aller en bas
Pascal

avatar

Messages : 1380
Date d'inscription : 13/02/2013
Age : 54
Localisation : Urba City, Suisse wallonne

MessageSujet: Re: Alain Souchon   Mar 5 Avr - 10:22

Toto, 30 Ans, Rien Que Du Malheur
1978



Le bagad de Lann Bihoué (A.Souchon-L.Voulzy)
Frenchy bébé blues (Alain Souchon)
Le dégout (A.Souchon-L.Voulzy)
L'amour en fuite (A.Souchon-L.Voulzy)
Nouveau (A.Souchon-L.Voulzy)

Papa mambo (A.Souchon-L.Voulzy)
Cosy corner (Alain Souchon)
Toto 30 ans (A.Souchon-L.Voulzy)
Lulu (Alain Souchon)
J'étais pas là (Alain Souchon)
Bagad-reprise (A.Souchon-L.Voulzy)


Une deuxième réussite majeure, peut-être le plus bel album d'Alain Souchon avec un chef d'oeuvre dans le chef-d'oeuvre : "Le Bagad de Lann Bihoué", l'un de mes titres préférés.

Peu de choses à jeter, peut-être "Lulu" dont je n'ai jamais compris les paroles.
J'ai cru un instant qu''il s'agissait d'un message à Serge Gainsbourg (le 1er petit Lulu) mais finalement il se trouve que non.
Un texte qui me semble tellement personnel que je ne pense pas que quelqu'un d'autre que lui sache de qui il s'agit.

Petite critique également sur "Papa Mambo", chanson très amusante, mais texte un peu facile (et une partie de basse remarquable... de Laurent Voulzy je crois).

Le must de la première période de sa carrière.

HIGHLIGHTS :

"Le Bagad De Lann Bihoué"

Un titre d'une beauté à couper le souffle et un texte d'une violence inouïe, découverte d'un Souchon plus sombre, prémices d'un Souchon adulte, cynique et désabusé.

Avec ses 7 minutes 41 (plus les 1 minutes 30 de la reprise), c'est également sa chanson la plus longue.

(Tu la voyais pas comme ça ta vie
pas d'attaché-case quand t'étais p'tit,
ton corps enfermé, costume crétin,
t'imaginais pas j'sais bien.

Moi aussi j'en ai rêvé des rêves, tant pis,
tu la voyais grande et c'est une toute petite vie.
Tu la voyais pas comme ça l'histoire
toi c'était tempête et rocher noir.
Mais qui t'a cassé ta boule de cristal,
cassé tes envies rendu banal?
T'es moche en moustache, en laides sandales,
t'es cloche en bancal, p'tit caporal de centre commercial.)


"Frenchy Bébé Blues"

Superbe mélodie et superbe texte, chanson d'amour pour sa femme.

(Un frenchy bébé blues pour dire que j'aime bien cette fille
qu'elle est le palmier soleil dans ma tasse de camomille,
qu'elle fait ma vie, ma maison plus belles,
que quand elle est pas là je dis "où est elle?"

...

Qui c'est qui lit à Pierre le petit Prince
pendant que tu fais le jeune homme en province?)


"Le dégout"

Arrivée des synthés sur ce titre encore une fois très mélancolique sur l'enfance, mais avec une violence en filigrane.

(Ma musique électrique, violons vieux plus magique,
tout se démode c'est tragique,
adieu ma grand-mère zizique,
mais c'était pas pour déplaire,
je vous jure qu'j'aimais ma grand-mère,
si j'ai planqué des micros dans mon cerveau,
c'est qu'j'ai le dégout, le dégout de quoi j'sais pas mais l'dégout)


"L'amour En Fuite"

Le cinéma fait les yeux doux à Alain Souchon et il va convaincre (sauf peut-être lui-même) les réalisateurs qui vont lui confier quelques rôles importants, comme celui de Pinpon dans "L'été meurtrier".
Sa première participation au septième art sera avec cette chanson qui servira de thème au film de Truffaut du même nom.

(On était belle image, les amoureux fortiches,
on a monté le ménage, le bonheur à deux, j't'en fiche.
Vite fait les morceaux de verre qui coupent et ça saigne.
La v'la sur le carreau la porcelaine.)


"Nouveau"

Chanson revancharde et très drôle sur le jeunisme et le désir de nouveauté, s'offrant même une autocritique sur la nouvelle chanson française.

(Elle croit qu'elle a tout inventé,
pauvre Gainsbourg, pauvre Charles Trenet,
la nouvelle chanson française.

Nouveau monde radieux, transformé,
tout luxe, calme et nouveauté,
voilà que dans les nouvelles mémoires,
y a que des poux et des racontars.)


"Cosy Corner"

Très belle chanson sur la rencontre romantique d'un couple, la timidité, la peur d'approcher l'autre, puis après quelques beaux moments, la séparation amère.
La chanson se termine sur une réflexion intéressante: la nécessité d'écrire des chansons d'amour.

(Moi j'suis Bogart, caché dur, derrière mes cartes,
elle c'est l'ange bleu.
Je regarde ses jambes avec mes yeux.

Mais le beau Bogart ose pas grand chose,
je touche à peine son genou, je deviens rose.)


"Toto 30 ans"

Chanson d'une drôlerie féroce sur le temps qui passe trop vite.

(Bébé rose est tout content,
t'as grimpé sur le toboggan.
Maintenant que tu ris moins fort,
tu va dégouliner sans faire d'effort...

Arrêtez, ça va trop vite.
Je deviens tout mou de partout,
ça se précipite.)


"J'étais pas là"

Alain Souchon revisite son passé sans lui, absent dans sa propre histoire.

(On m'en a raconté des histoires,
elle a jamais marché ma mémoire,
le bon Dieu et toutes ces cloches,
c'est le père Noël des grandes personnes.

J'étais pas là.)
Revenir en haut Aller en bas
http://rockclassics.centerblog.net
kristie
administrateur
administrateur
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 27/08/2010
Age : 47
Localisation : nord

MessageSujet: Re: Alain Souchon   Mar 5 Avr - 11:20

Ah j'en étais là!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://kristieblog.centerblog.net/
kristie
administrateur
administrateur
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 27/08/2010
Age : 47
Localisation : nord

MessageSujet: Re: Alain Souchon   Jeu 7 Avr - 21:33

Toto 30 ans

Alors, tout à fait d’accord avec toi car cet album contient un chef-d’œuvre avec le Bagad de Lann Bihouë. Je passe sur la musique qui monte tout doucement pour arriver à son paroxysme avec les cornemuses, une belle gradation des émotions.
Au niveau des paroles, il y a de vrais réussites littéraires entre des couplets exprimant la médiocrité de sa vie et ceux parlant de l’exaltation des rêves de gosse. Tout fonctionne entre ces deux extrêmes, tout un champ lexical du moyen par excellence s’opposant aux aspirations aventureuses de la marine, de la musique et de la Bretagne.

« tonnerre dans du roseau » ; « dentelle première et premier chapeau » ; « mais qui t'a rangé à  plat dans ce tiroir, comme un espadon dans une baignoire »…

Je trouve que le texte est traversé de fulgurances métaphoriques. Souchon est un grand auteur.
« Tapioca, potage et salsifis. » : en trois mots il résume la médiocrité de la vie.
Il fait aussi quelques rappels de sa propre situation comme si lui aussi il avait vécu la même histoire d’une vie ratée, il est plein d’empathie.

French bébé blues
Une jolie mélodie comme une berceuse qui parle de sa femme, certainement. Des regrets parfois de son absence auprès de sa famille ?

Le dégoût
Pas fan de cette chanson qui me parait parfois à contre temps de la musique et trop d’élisions tuent les élisions. Assez déprimante en plus…

L’amour en fuite
Jolie mélodie pour une chanson qui semble être une bluette mais de jolis vers, toujours cette mélancolie face à l’amour.

Nouveau
Une chanson que j’aime bien avec un constat sur la société moderne :
Tout luxe, calme et nouveauté,
Les nouveaux poissons ventre à l'air,
Elles font mal, les nouvelles rivières.
Dans le sac de la belle dame,
Y a un nouveau carnet de bal.
C'est une bombe lacrymogène


Petite référence à Baudelaire, en passant (tout luxe, calme et nouveauté, Luxe, calme et volupté)

Papa mambo
Elle fait partie des chansons assez rigolotes sur un rythme latin. Encore malgré tout, un message reflet de la société qui parait étonnamment d’actualité

Soixante kilos d'échevelé poète,
Tout livide au milieu des tempêtes
Mais l'estomac y tient pas la rime.
L'albatros patauge dans l'ice cream.


Encore une référence à Baudelaire, le spleen du gros ?

Le cosy corner
Celle-ci me fait penser à L’amour 1830, avec le même air un peu suranné qui raconte la même histoire d’amour qui se finit mal en général

Toto 30 ans
J’aime bien aussi celle-ci, surtout la musique sur le même rythme que Bidon… Il a le sens des métaphores, ce Souchon, de vraies trouvailles :

Qu'est-ce que c'est que ces coups de canifs
Qui remontent du coin des yeux vers les tifs ?
Alors y's'détériore,
Le rose caoutchouc fort qui colle notre corps...
T'as beau jogging bois de Boulogne,
T'as beau lifting, la mignonne.


Après Baudelaire, Ronsard ? De belles références !

Lulu
Je crois que je ne comprends pas du tout cette chanson. Obscure du début jusqu’à la fin.

J’étais pas là
Pas compris grand-chose non plus, une petite phrase que je sortirai du contexte car elle me fait penser à une autre de ses chansons « et si en plus, y a personne »

Le bon Dieu et toutes ces cloches qui sonnent,
C'est le père Noël pour les grandes personnes.


Voilà ma modeste contribution
Revenir en haut Aller en bas
http://kristieblog.centerblog.net/
Pascal

avatar

Messages : 1380
Date d'inscription : 13/02/2013
Age : 54
Localisation : Urba City, Suisse wallonne

MessageSujet: Re: Alain Souchon   Jeu 7 Avr - 21:41

J'aimerais que tu continues à être modeste comme ça pour les prochaines chroniques!

Super boulot!http://smileys.sur-l

_________________
Blogs:
Rockclassics.centerblog.net
Seriestv.centerblog.net
Cameraobscura.centerblog.net
Serialangel.centerblog.net

Compte Facebook
Twitter: @chronikoscope
Revenir en haut Aller en bas
http://rockclassics.centerblog.net
kristie
administrateur
administrateur
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 27/08/2010
Age : 47
Localisation : nord

MessageSujet: Re: Alain Souchon   Jeu 7 Avr - 22:00

Merci Embarassed

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://kristieblog.centerblog.net/
Pascal

avatar

Messages : 1380
Date d'inscription : 13/02/2013
Age : 54
Localisation : Urba City, Suisse wallonne

MessageSujet: Re: Alain Souchon   Ven 8 Avr - 10:40

Rame
1980



On s'aime pas (A.Souchon-L.Voulzy)
Jonasz (A.Souchon-L.Voulzy)
Marchand de sirop (A.Souchon-L.Voulzy)
Petit (Alain Souchon)
Tout me fait peur (A.Souchon-L.Voulzy)


Rame (A.Souchon-L.Voulzy)
On s'ennuie (Alain Souchon)
Aurore (A.Souchon-L.Voulzy)
Manivelle (A.Souchon-L.Voulzy)
Courrier (Alain Souchon)

Un chouette album, mais qui débute une période moins rose pour le chanteur. Certaines de ses chansons manquent de brillant et prennent la couleur de l'ennui, thème qu'il utilise d'ailleurs de plus en plus.
Une légère baisse de qualité qui sera plus marquée sur l'album suivant et qui lui vaudra une désaffection passagère du grand public.

Néanmoins, cet album est encore de très bonne facture avec des titres incontournables, tandis que d'autres ratent le coche.
La chanson-hommage "Jonasz" en est un bon exemple. L'intention est louable, d'autant plus que l'estime est réciproque, mais pour le coup, Souchon manque de génie et la chanson ne décolle pas.

Avec "On s'ennuie", on tombe dans le soporifique et plus grave, la chanson est suivie par "Aurore" qui nous entraine un peu plus profondément dans la déprime.

Mais quand Souchon est bon, il est très, très, très bon.

On s'aime pas

J'adore cette chanson. Alain Souchon encore une fois, casse son image de chanteur/peluche en nous crachant à la face nos quatre vérités.

(Tu vois on danse, le corps on le balance,
On se touche, on s'embrasse la bouche,
Tens même, v'la qu'on se dit qu'on s'aime
Mais c'est que de la crème,
De la pommade rose,
Pour cacher des choses,
Du p'tit plaisir, pour pas tout seul dormir.

Tu vois pas qu'on s'aime pas?)


Marchand de sirop

Daniel Balavoine va également égratigner les chanteurs de charme/variété avec son "Vendeurs de larmes" deux ans plus tard, mais là Souchon se montre particulièrement acide, corrosif mais surtout tellement drôle.

(Bla bla bla,
Ton bon profil,
Clown geignard,
On en a rien à secouer de tes idées noires,
Plaf t'étales,
Ton sale linge sale.

Pour qui tu t'prends,
Mais t'es qu'une bassine à bassiner le temps,
Qui s'aime s'aime s'aime,
Sous les pots d'crème,
Qui confiture,
En croyant faire de la littérature,
Qui âme strip tease,
Qui dollars please,
Ce Pan Léon,
Qui croit des fois qu'il est Napoléon.


C'est le marchand de sirop)

Petit

Grosse, grosse, grosse déprime .

(Avant, on se caressait le coeur,
On se donnait des fleurs,
On aurait dit comme un peu le bonheur.

Maintenant le dépliant se déplie,
La lune est dans le cagibi,
Et la vie se vide petit à petit.

Aujourd'hui nous deux c'est trop petit,
Nous deux, maintenant c'est zéro
Tu vois, on s'lèche plus le museau)


Rame

Un superbe classique de Souchon ou comment mettre en chanson cette impression déprimante que notre vie n'avance pas.

(Baignoire, baignoire tu m'a menti,
Ailleurs ailleurs c'est comme ici.

Rame, rame, rameurs, ramez
On avance à rien dans ce canoë,
Là-haut on te mène en bateau,
Tu pourras jamais tout quitter t'en aller.)


Manivelle

Une autre grande réussite de cet album : La vie d'Alain Souchon vu comme au cinéma.

(Mais c'est du vrai sel dans l'eau des yeux,
Du vrai amour qui rend malheureux,
Un coeur vrai, du sang vrai,
Deux petits enfants que j'ai.

Manivelle tourne un drôle de cartoon
Manivelle tourne, mais c'est ma vraie vie qui tourne
Manivelle tourne, combien d'années encore ?
Manivelle tourne, déjà j'aime plus mon corps
Manivelle tourne, j'suis maquillé pâle
Manivelle tourne, j'savais qu'ça finirait mal.)

_________________
Blogs:
Rockclassics.centerblog.net
Seriestv.centerblog.net
Cameraobscura.centerblog.net
Serialangel.centerblog.net

Compte Facebook
Twitter: @chronikoscope
Revenir en haut Aller en bas
http://rockclassics.centerblog.net
Vinyle
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 3619
Date d'inscription : 27/08/2010
Age : 51

MessageSujet: Re: Alain Souchon   Mer 1 Juin - 21:48

Ma mére n'a jamais voulau m'acheter 10 ans à cause de tare ta geule à la récré

Bon boulot dark kristie http://smileys.sur-l

_________________


Merci Véro
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alain Souchon   

Revenir en haut Aller en bas
 

Alain Souchon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Alain Souchon
» Alain Bittler
» partiton Alain Barriere
» outlook a la place de outlook express
» Démo Roland au printemps de Bourges
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parole d'images :: Musique :: Chanteurs, Chanteuses-
Sauter vers: